Trouvez la place idéale
en Suisse romande
Dans leur environnement professionnel, les seniors apportent des compétences variées et une grande expérience.
Une nouvelle mesure de réinsertion professionnelle pour les plus de 50 ans
02.09.2021 | 10:43
Le projet pilote «supported employement» maximise les soutiens apportés aux seniors dans leur recherche d’un emploi.

Depuis le début du mois d’août, le Service de l’emploi vaudois a mis en œuvre une nouvelle mesure de réinsertion professionnelle intitulée «supported employment». Celle-ci s’inscrit dans un projet pilote de trois ans, soutenu par la Confédération, et auquel participent 14 cantons. Le programme de «supported employment» s’adresse aux personnes âgées de 50 ans et plus dont la fin des droits au chômage est proche. Il a pour but de maximiser les possibilités de les appuyer dans leurs recherches d’emploi. Il est en effet largement reconnu que, bien que les difficultés pour se réinsérer professionnellement sont importantes à partir de 50 ans, les seniors apportent des compétences très variées ainsi qu’une grande expérience à leur environnement professionnel. Ces compétences sont précisément au centre de cette nouvelle mesure qui vise à les mettre en lumière et en valeur auprès des employeurs.

 

Deux aspects innovants

La démarche de «supported employment» est originale sous deux aspects. Alors que les mesures relatives au marché du travail sont octroyées par l’ORP en fonction de la stratégie de réinsertion mise en place, «supported employment» se distingue dans le sens où les participantes et les participants potentiels remplissant les conditions d’octroi reçoivent une invitation du Service de l’emploi pour y participer sans l’intervention de l’ORP compétent. À l’issue d’une séance de présentation, les personnes invitées décident individuellement de poursuivre ou non la mesure. Une fois que celle-ci a commencé, des coachs expérimentés travaillent sur les freins à la réinsertion et accompagnent activement les participantes et les participants dans leurs recherches d’emploi, notamment en leur donnant accès à leur réseau d’employeurs et de responsables du personnel. Durant toute la durée de la mesure, ils demeurent les interlocuteurs des personnes qu’ils suivent et font régulièrement le point sur les démarches effectuées et les nouvelles opportunités. Un des aspects novateurs de cet accompagnement est d’axer l’action de recherche d’un emploi vers des postes adaptés aux compétences de la personne ou à son potentiel d’évolution. Il existe en effet, dans le cadre de ce projet spécifique, des fonds pour soutenir la prise d’emploi comprenant des mesures de formation.

 

Accompagnement prolongé

Une autre particularité de ce projet-pilote est que l’accompagnement se prolonge plusieurs mois après l’engagement des personnes. Une fois un contrat signé, le coach reste en contact avec l’employeur et l’employée ou l’employé pour s’assurer que l’intégration professionnelle se déroule dans les meilleures conditions et prévenir une éventuelle rupture de contrat durant les premiers mois en proposant, si nécessaire, un appui en formation continue. En effet, si le poste requiert des qualifications complémentaires, le coach peut facilement et rapidement décider de financer des cours appropriés pour le collaborateur ou la collaboratrice. En outre, l’employeur peut bénéficier d’une indemnisation pour les éventuels investissements supplémentaires engagés s’il met en place des mesures de formation sur le lieu de travail. Tant pour le demandeur ou la demandeuse d’emploi senior que pour l’employeur, «supported employment» représente donc une opportunité où chacune et chacun trouve un intérêt.

Eliezer Medevielle