Trouvez la place idéale
en Suisse romande
Le fontainier réalise de multiples tâches, notamment l’autocontrôle pour la qualité de l’eau potable de son réseau.
Maîtriser l’eau de la source au robinet
04.11.2021 | 09:44
Acteur de la transition écologique et souvent muni d’un CFC, le fontainier s’active dans la gestion du réseau d’eau.

Cent soixante litres d’eau par jour. C’est la consommation moyenne de chaque habitant en Suisse. Mais la gestion de l’eau potable ne coule pas de source. Ce qui se passe entre le captage et le robinet? Le fontainier en connaît le secret. «Ce métier est encore méconnu du grand public alors que, sur le terrain, nous contrôlons l’ensemble des installations de captage, traitement, pompage et transport de l’eau. Chaque maison ou industrie se trouve raccordée au réseau et dispose d’eau potable 24 h/24. Nous nous assurons que la qualité de l’eau respecte les normes légales et qu’elle ne s’altère pas», lance Daniel Schneider, responsable de construction, opérations et maintenances, à SIG Genève. Et si des coupures d’eau se produisent parfois, c’est toujours dans le but d’améliorer la sécurité et le confort de la population.

 

Généraliste vs spécialiste 

En Suisse, la gestion de l’eau est du ressort des politiques publiques. Dans les petites communes, même si différents travaux(administratifs ou techniques) peuvent être soustraités, le fontainier détient une multitude d’activités: par exemple, valider les projets des bureaux d’ingénieurs, proposer des innovations et travailler avec un vaste panel de professionnels. Il est également formé à affronter des situations de crise, de pollution ou de contamination. Le professionnel connaît son réseau, le documente et le surveille. À Genève, en revanche, SIG Genève gère le plus grand réseau d’eau de Suisse, en séparant (par services distincts) chaque étape du processus (pompage, filtration, stockage, laboratoire, distribution, etc.). Dans ce contexte particulier, le fontainier se spécialise sur une activité. 

 

Précieuse denrée alimentaire

Dans le canton de Vaud, Stéphane Lambelet se passionne pour le sujet. D’abord ferblantier-couvreur CFC et installateur sanitaire CFC, il devient contremaître auprès d’une entreprise privée d’installation sanitaire d’intérieur de bâtiment. «J’ai terminé un brevet fédéral de monteur de réseau d’eau et j’entame maintenant un second brevet de fontainier, histoire de maîtriser les installations extérieures et développer le rayon d’action de l’entreprise.» Daniel Schneider et Stéphane Lambelet s’accordent à le dire: «L’eau mérite qu’on en prenne soin!» Leur métier permet de tenir un rôle important dans la politique environnementale, que ce soit en traquant la micro-fissure de canalisation pour ne pas gaspiller le précieux liquide ou en actionnant les traitements les plus propices à l’équilibre naturel.

Eliane Schneider