Trouvez la place idéale
en Suisse romande
Le salon est ouvert aux professionnels et au grand public (ici en 2019).
Les métiers de la joaillerie tiennent salon à GemGenève
04.11.2021 | 09:39
Plusieurs écoles partenaires du salon présentent des créations de leurs élèves ou participent à la communication de la manifestation.

Les jeunes qui s’intéressent à un métier de la joaillerie peuvent se rendre à Genève. Le salon GemGenève, qui se tient jusqu’à dimanche, fait la part belle à la formation. Le rendez-vous des professionnels de la joaillerie, aussi ouvert au grand public, accueille plus de 120 exposants durant quatre jours à Palexpo. En plus des stands professionnels qui présentent des bijoux, des perles, des diamants, le public pourra aussi assister à des conférences et suivre des ateliers. Ce n’est pas la première fois que le salon s’ouvre aux écoles qui proposent une formation dans la joaillerie. Dès la première édition de GemGenève, en 2018, quelques-unes d’entre elles ont tenu un stand. Mais cette année, le volet éducatif est particulièrement riche et varié. GemGenève a développé des projets avec chacune des écoles présentes.

 

Partenariat avec l’opéra 

Déjà invitée lors des précédentes éditions (celle de 2020 ayant été annulée en raison de la pandémie), la HEAD (Haute École d’art et de design de Genève) expose cette année les réalisations de 16 étudiants sur le thème de l’opéra «Anna Bolena», de Gaetano Donizetti, actuellement à l’affiche au Grand Théâtre de Genève. Les élèves n’ont pas directement collaboré pour les représentations. En revanche, ils ont travaillé avec des spécialistes de la maison d’opéra pour s’imprégner du thème de l’œuvre relatant le destin tragique de la deuxième femme du roi d’Angleterre Henri VIII et le retranscrire dans leurs réalisations. «Les visiteurs du salon pourront non seulement admirer ces créations, mais aussi voter pour leurs pièces préférées, indique Mathieu Dekeukelaire, directeur du salon. Un prix du public sera décerné le dernier jour du salon. Le gagnant se verra aussi offrir un stage à l’Institut suisse de gemmologie (SSEF) de Bâle.» 

 

Concours intégré au cursus

Autre concours: l’un des exposants du salon genevois, l’entreprise allemande Paul Wild, a mis une série de pierres précieuses (pierres de lune, améthystes, aigues-marines, citrines, etc.) à disposition des étudiants de dernière année de trois écoles: le Centre de formation professionnelle arts (CFP Arts) de Genève, l’École technique de la vallée de Joux, au Sentier (VD) et l’École d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds (NE). «Chaque étudiant a pu sélectionner une pierre de son choix, souligne Mathieu Dekeukelaire. L’objectif du concours est de créer un bijou sur le thème de l’année 2020. La compétition fait partie du cursus d’étude des étudiants concernés. Ils ont ainsi disposé de temps pour élaborer leur création.» Après une sélection interne à chaque école, une vingtaine de pièces seront exposées à GemGenève. Là aussi, un prix du public sera décerné le dernier jour du salon. Mais la joaillerie ne propose pas que des métiers en lien avec la fabrication de bijoux, que ce soit pour un spectacle ou pour la vente à des particuliers. Ainsi, certains élèves du CREA, institut de formation présent à Genève et à Lausanne, qui propose, entre autres, des bachelors en marketing du luxe et en marketing digital, travailleront durant le salon. «Ils auront pour tâche de faire vivre le compte Instagram de notre manifestation, ainsi que le compte de leur école Crea Eyes, se réjouit Mathieu Dekeukelaire. Ils prendront des photos, rencontreront des professionnels, réaliseront des interviews.» Le directeur de GemGenève escompte ainsi voir des contenus créatifs qu’il espère surprenants et qui toucheront les jeunes. Pourquoi ces écoles sont-elles partenaires du salon genevois? «Ce partenariat leur offre une visibilité mais aussi un exercice motivant pour leurs étudiants, qui sont confrontés à un rendez-vous concret sur le terrain. C’est aussi une occasion de montrer le large spectre des métiers liés à la joaillerie, qui ne concerne pas que le sertissage. Pour certains élèves, c’est une occasion de rencontrer des professionnels du domaine, d’échanger avec eux, de montrer leur créativité et leurs compétences. Pour quelques-uns, GemGenève sera peut-être l’occasion d’être repéré par un employeur.» Bon à savoir: pour les jeunes actuellement en formation qui sont intéressés par l’un des métiers de la joaillerie, ou qui sont curieux de découvrir ce domaine, l’entrée au salon est gratuite. 

Laurent Buschini