Trouvez la place idéale
en Suisse romande
Soraya Moreira de Paiva se concentre sur ses préparations lors du concours Chef’s Goutatoo Challenge organisé à Genève le 20 novembre. La jeune apprentie de deuxième année a remporté la compétition malgré quelques frayeurs.
La cuisine pour le goût… de l’adrénaline
15.12.2022 | 12:15
Graines de talents pour cette deuxième édition du concours Chef’s Goutatoo Challenge destiné aux apprentis cuisiniers.
PHOTOS GOUTATOO
«Goût, assaisonnement, visuel, tout compte. Quand quelque chose ne se passe pas comme on veut, il faut de la résilience, ça fait aussi la différence. Ces jeunes s’accrochent, vont jusqu’au bout. Ils ont tous gagné, malgré le bruit, le public.» Jean-Marc Bessire, chef étoilé du restaurant Le Cigalon, à Genève, et coordinateur du concours de cuisine qui s’est déroulé le 20 novembre dernier, dans le cadre des Automnales, ne tarit pas d’éloges sur les quatre concurrents (trois filles et un garçon, âgés de 15 à 18 ans). «Ce sont des apprentis de deuxième année, déjà un peu formés mais pas encore sous pression des examens du CFC», explique le chef. Au terme de cinq heures sous haute tension, d’émotions et même de larmes, Soraya Moreira de Paiva, 17 ans, se distingue en remportant le premier prix. Après une première année à l’École de commerce, sa curiosité est titillée par la cuisine lorsqu’elle aborde ce module dans le cadre de FO18. «Chez moi, j’aimais préparer à manger, mais en réalité, je ne savais pas trop quoi faire, confie Soraya Moreira de Paiva. Après plusieurs stages dans des restaurants avec des horaires coupés, j’ai découvert la cuisine collective au Collège Rousseau. Et j’ai enfin pu me projeter.» Elle entame alors un apprentissage de cuisinière sur les trois sites de formation (Collège Rousseau, École de commerce et CFP-SHR), entourée d’autres apprentis et de chefs formateurs. Comme tous les apprentis de deuxième année, elle prépare un dossier de candidature pour le concours. «Je n’étais pas sûre de mes idées, je manquais de confiance. Mais mon coach m’a motivée.»

Pas de panique
Le thème «volaille cuite sur coffre» l’inspire. «Avec les ailes et les cuisses, je me suis entraînée à réaliser des samosas de poulet effiloché. En accompagnement, des champignons et des poireaux farcis agrémentés de quenelles de pommes de terre violettes, pour la couleur.» Finger food (amuse bouche sans lactose ni gluten) de mini tartelettes de coquilles Saint Jacques et tartare de mangue complètent son menu. Tout est sous contrôle, jusqu’au jour J. «Au moment de réaliser mes samosas, j’ai découvert que les feuilles de brick manquaient. Les chefs ont trouvé une solution avec des feuilles de riz, mais le résultat n’était pas à mon goût, se souvient Soraya Moreira de Paiva. J’aime que tout soit fait et maîtrisé par moi et là, l’imprévu m’a déstabilisée. Ma sauce aussi a eu un problème: je devais cuire mes cuisses dans une marmite à pression et le bouton ne s’est pas levé. Résultat: la sauce s’est évaporée.»

Rendez-vous au Tessin
Malgré ses déconvenues, elle convainc le jury, tant par sa créativité que par sa persévérance. «Mon assiette avait visuellement de l’allure. Je pensais ne pas envoyer dans les temps mais finalement j’ai réussi», se félicite l’apprentie qui représentera Genève au prochain Young Talent Escoffier Suisse, au Tessin.
Iris Mizrahi