Trouvez la place idéale
en Suisse romande
Comment le télétravail affecte notre santé psychique
13.01.2022 | 09:22
Si le travail à distance offre des avantages réels, il peut aussi affecter notre équilibre social et psychologique.

Depuis le 20 décembre dernier, le télétravail a été rendu obligatoire en Suisse par les autorités fédérales, afin de réduire la propagation du Covid-19 qui sévit dans notre pays depuis deux ans. Si elle peut satisfaire certains, cette décision ne fait pas que des heureux chez les employés, leurs chefs et leurs employeurs. Car le télétravail est loin de faire l’unanimité. Au-delà de l’aspect structurel et organisationnel, il peut aussi provoquer des répercussions sur la santé mentale de la population en général, et des actifs en particulier. C’est ce qu’a dévoilé un colloque tenu en fin d’année dernière à Genève. Organisé par l’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (OCIRT), l’événement a réuniprèsde80spécialistes de la santé, des responsables d’entreprises et de ressources humaines. Parmi eux, Émilie Vayre, professeure de psychologie du travail et des organisations à l’Université Lyon 2, en France. L’enseignante a présenté un rapport sur l’impact du travail à distance sur la santé des travailleurs. Les résultats sont contrastés. Interview.

 

F.B.: Depuis le début de la pandémie, certains ont vanté un peu trop vite les mérites du télétravail, en oubliant que ce mode d’activité n’a pas que des avantages et n’est pas adapté à tous les employés.

E.V.: Le travail à distance présente à la fois des effets positifs et des effets négatifs. Parmi les premiers, il permet, notamment, une meilleure concentration, une productivité accrue, une meilleure récupération de la journée de travail, moins de stress, une plus grande autonomie etflexibilité,unmeilleur équilibre entre vieprivée et vieprofessionnelle, ainsiqu’une réduction de l’absentéisme et du turn-over. À l’inverse, le home office a aussi des effetsdélétères.Par exemple,il réduitles échanges informels entre collègues.Ilprovoqueunsentiment d’isolement et de solitude, voire d’exclusionde l’organisationde travail. Il entraîne un risque de division et de fragilisation de la cohésion sociale au sein de la structure de travail. Ou encore, il rend plus floue la frontière entre vie professionnelle et vie privée.

 

Le télétravail a donc des effets psychosociaux ambivalents sur les employés, dites-vous.

Par exemple, d’un côté, il permet aux salariés d’être moins stressés dans leur journée de travail, car le travail à distance leur évite les trajets quotidiens domicile-bureau etleur offre davantage de disponibilités pour leurs activités familiales, notamment. Mais, de l’autre côté, le télétravail peut augmenter le stress dans la sphère privée, car il rend plus difficile l’établissement d’une délimitation entre lieu de travail et domicile, en raison de l’intrication spatio-temporelle des domaines de vie, d’où des risques de tensions avec l’entourage familial.

 

Les études que vous citez dans votre rapport décrivent aussi des troubles physiques induits par le télétravail.

Oui, en l’occurrence des troubles musculosquelettiques. Ceux-ci sont dus à l’activité sur écran et à l’adoption prolongée de postures inadaptées, mais aussi à la sédentarité professionnelle dont on connaît les impacts majeurs sur la santé.

 

Ce mode de travail n’est pas non plus favorable à l’évolution de carrière des employés.

En effet, on remarque que les télétravailleurs ont moins d’opportunités professionnelles d’avancement et de promotions que ceux qui travaillent en présentiel, la progression de carrière des télétravailleurs ayant tendance à stagner. 

 

Les effets du télétravail décrits plus hauts sont toutefois connus depuis bien avant le début de la pandémie, rappelez-vous. Quels sont les impacts spécifiques du télétravail dans une situation extraordinaire comme celle que nous traversons?

Le télétravail subi et imposé à cause d’une situation extraordinaire est évidemment différent du télétravail choisi, négocié et organisé. Au niveau de la santé psychique, les confinements de 2020 ont eu un effet anxiogène et ont entraîné des symptômes de stress posttraumatique, chez les travailleurs en particulier, mais aussi dans la population en général. On remarque que la plupart des effets du télétravail que j’ai cités, et qui certes étaient identifiés avant le début de la pandémie, ont été exacerbés par la crise sanitaire. C’est, par exemple, le cas des inégalités de genre entre femmes et hommes. En temps normal, les télétravailleuses doivent assumer le double poids de l’organisation de la vie professionnelle et de la vie familiale et domestique, avec des difficultés à récupérer physiquement et psychiquement et une tendance à négliger la qualité de leur alimentation. Or, le télétravail en situation de confinement a rendu encore plus saillantes ces inégalités. Il a révélé que les femmes télétravaillant bénéficiaient de moins bonnes conditions de travail au domicile que les hommes et qu’elles avaient, plus que les hommes, pris en charge les obligations domestiques et parentales en plus de leur activité professionnelle au cours de cette période. En outre, l’alternance entre les périodes où le télétravail est imposé ou recommandé et celles où le retour physique au bureau est de nouveau autorisé est source d’usure et d’épuisement professionnels pour les travailleurs.

 

L’appréciation des avantages et désavantages du télétravail et son vécu psychique dépendent-ils de facteurs générationnels et culturels?

L’âge des travailleurs, la génération à laquelle ils appartiennent, ne semble pas avoir d’influence particulière en la matière. Par contre, les cultures managériales bureaucratiques, fondées sur le contrôle étroit du travail et appréciant l’investissement des salariés sur la base du nombre d’heures de travail effectué, sont reconnues comme étant peu propices au déploiement réussi du télétravail. Ce type de pratiques managériales a plutôt des effets contre-productifs en altérant l’engagement, la performance, la motivation et le bienêtre des télétravailleurs. 

Fabrice Breithaupt